• contact@mooc-francophone.com

Interview Xavier de Mazenod, MOOC Le travail flexible

Interview Xavier de Mazenod

Continuons notre exploration de ces MOOCs dédiés à la tranformation numérique. Après le MOOC Comprendre l’économie collaborative, voici venu le temps d’une autre interview… Xavier de Mazenod répond à nos questions sur le MOOC « Le Travail flexible ».

 

– Bonjour Xavier… vous êtes le responsable pédagogique du MOOC « Travail flexible ». Pouvez- vous nous en dire plus sur votre parcours ?

Ma société édite le site Zevillage.net qui est devenu le site de référence sur les nouvelles formes de travail. Par ailleurs, nous sommes prestataires de formations et nous nous intéressons aux MOOC depuis plusieurs années. J’avais suivi le cultissime ITYPA à l’époque et l’idée d’un MOOC sur nos sujets me titillait depuis cette période.

Une fois la décision prise, nous avons identifié Unow comme l’un des prestataires sérieux pour le MOOC. Mais après plusieurs échanges nous avons décidé d’être co-éditeurs.

 

– Depuis fin 2012, vous organisez le tour de France du télétravail. Quels changements avez-vous observé depuis la 1ere édition ?

Nous avons observé un changement très rapide. Le travail flexible (un mélange de télétravail, de coworking, de travail hors du bureau) est un mouvement de fond mais il est encore assez souterrain. Près de 20% de la population active télétravaille ou travaille en mobilité mais de façon informelle. Seuls 3% ont régularisé leur situation avec un accord d’entreprise et/ou un avenant à leur contrat de travail.

Depuis 4 ans, ce mouvement s’est accéléré et le télétravail est devenu un véritable sujet « RH ». Les organisations privées s’emparent du sujet et même le secteur public.

 

– Vous pensez aujourd’hui qu’il est nécessaire de sensibiliser massivement aux changements de l’environnement du travail ?

Oui je le pense car le sujet est mûr. Les attentes des salariés sont importantes. Les bénéfices de ces nouvelles formes d’organisation du travail finissent par être connus.

Mais beaucoup d’organisations surestiment les difficultés de la transition. Certes, le télétravail doit être mis en place sérieusement, pour de bonnes raisons. Mais c’est un projet comme un autre dans une entreprise, tout le monde peut y arriver. Et si vous suivez le MOOC vous pourrez découvrir tous les avantages de ces nouvelles manières de travailler.

 

– Quels sont les bénéfices que l’on peut attendre de ces changements organisationnels ?

Ces changements sont porteurs de qualité de vie au travail, d’économies de déplacement. Moins de trajets domicile-travail c’est des économies d’argent, de stress, de temps perdu, de CO2.

Mais c’est aussi plus de productivité : on est moins dérangé chez soi (ou dans un espace de coworking) qu’au bureau et on peut mieux se concentrer sur son travail, on est plus efficace.

J’ajouterai que le MOOC s’adresse aussi aux indépendants. Ils peuvent eux aussi améliorer leurs performances en adoptant ces nouvelles formes de travail. Par exemple en fréquentant des espaces de coworking pour profiter de la communauté qui travaille dans ces lieux.

 

– Evoquer la flexibilité, l’agilité dans le travail, c’est plutôt une affaire d’usages ou d’outils numériques ?

Oui bien-sûr c’est la diffusion des technologies, de l’Internet à haut débit qui ont permis l’explosion de ces formes de travail. Même si on télétravaillait déjà avec un téléphone fixe et un fax.

Les outils (et la connexion Internet) repésentent donc un aspect important de la mise en place du travail flexible. Mais pas plus que le juridique, la sécurité des données ou la communication.

Cela peut même être un risque de se focaliser sur les outils aux détriment des enjeux organisationnels. La mise en place du télétravail est juste un détail d’un ensemble plus large : la transformation de son organisation au bénéfice de sa mission (dans le secteur marchand ou pour le service public) et de ses salariés ou de ses agents.

 

– Et si on parlait tout simplement de relation de confiance comme pivot du changement ?

C’est le cœur du sujet ! Comment en finir avec la culture du « command and control », de la méfiance, du présentiel, de l’évaluation du travail par le contrôle du temps passé sur le lieu de travail ?

La stratégie de conversion de l’organisation pour adopter un management par la confiance est l’aspect le plus important de l’adoption du travail flexible. C’est la relation de confiance mutuelle entre le télétravailleur et son manager qui cimente cette transition.

C’est difficile à adopter mais comme la vie est plus facile quand la confiance remplace le contrôle. Attention toutefois, confiance ne signifie pas angélisme. Le manager évalue toujours le travail rendu mais pas en mesurant le temps passé.

 

– Au-delà des usages et des outils, c’est aussi un problème global ou le cadre juridique devient prépondérant, non ?

Je ne dirai pas prépondérant mais important. On a beaucoup focalisé le débat (notamment pendant la période législative) sur le juridique, sur les relations avec les IRP, sur le formalisme. Mais, comme pour les outils, le juridique est un moyen, pas la fin.

Le sujet progresse. Jusque récemment on parlait du télétravail d’abord de manière négative. On se méfiait de tous les risques qui menaçaient les salariés. Il fallait absolument les protéger par un important arsenal juridique. Aujourd’hui on est plus positifs, on a tendance à mieux voir les bénéfices.

 

– Vous souhaitez dans ce MOOC maximiser l’apprentissage par une approche connectiviste. Des détails ?

C’est l’une des raisons pour laquelle nous avons choisi le format MOOC plutôt qu’un format SPOC plus facilement « monétisable ».

Un grand nombre de participants permet des activités très riches, permet de faire jouer l’apprentissage par les pairs, l’évaluation par les pairs.

Nous sommes aussi adeptes du « learning by doing ». Donc les activités que nous proposerons permettrons de travailler sur ses propres projets de transition et de les faire évoluer avec les apports des autres apprenants.

 

– Vous renouez également avec un mode expérimental notamment avec des regroupements physiques…

Oui, notre sujet s’y prête à merveille puisque nous parlons d’espaces de coworking, de tiers-lieux. Nous allons proposer des meet-ups et une trentaine de lieux pour que les participants qui le souhaitent se retrouvent, partagent et s’entraident « dans la vraie vie ».

On ne télétravaille que rarement à 100% du temps. On doit se retrouver en présentiel pour garder un lien avec ses collègues, pour entretenir la confiance. En matière de formation multimodale c’est la même chose : le présentiel renforce la formation à distance, remotive, soude les liens que l’on prolonge à distance.

Nous avons également prévu, après le MOOC, de prolonger le travail avec 4 ou 5 hackathons à Paris et en province sur le thème « Hackons le travail ». Une manière de capitaliser et de valoriser les échanges du MOOC.

 

– Un dernier mot pour conclure ?

Rejoignez-nous sur www.travail-flexible.com bien-sûr. Accélérons ensemble la mutation du travail !

 

Profil LinkedIn de  Xavier de Mazenod
En savoir plus sur le MOOC Travail flexible
Propos recueillis par Vincent Datin

Ajouter votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This